fbpx

COVID-19 : de nouvelles mesures pour les sages-femmes

Toutes les activités sociales ont été restreintes depuis le 14 mars 2020, quand le Premier Ministre a annoncé le passage au stade 3 de la France dans la gestion de la pandémie Covid -19. Des mesures ont été mises en place concernant le mode d’organisation des professionnels de la santé comme les sages-femmes ainsi que les systèmes de prise en charge des patientes. Ces mesures peuvent changer au fil de l’évolution de la situation.

Les données scientifiques

Les femmes enceintes à leur 3e trimestre de grossesse sont considérées comme des personnes à risques face à la pandémie Covid -19, selon un avis que le Haut Conseil de la Santé Publique a rendu le 14 mars dernier. Elles devront porter des masques à chaque acte de soins présentiels. Une guideline a également été mis en place par le Collège national des sages-femmes pour les guider dans leur pratique, durant le confinement. Il est également dans le devoir des sages-femmes de rappeler les gestes de préventions contre la propagation du virus.

Mesure concernant la pratique des sages-femmes libérales

Les sages-femmes libérales sont sollicitées à ouvrir leurs cabinets pour venir en aide aux établissements de santé. Cependant, les activités en présentiel seront réduites. Elles se limiteront aux consultations essentielles. Les sages-femmes doivent porter des masques chirurgicaux en permanence, tout comme les patientes. Les consultations doivent également être espacées afin d’éviter les flux des personnes qui circulent dans le cabinet. Les sages-femmes doivent être capables de contacter ses patientes tous les jours pour savoir si n’ont pas les symptômes de la maladie. Les indemnités journalières seront prises en charge l’Assurance maladie. Cela est valable pour tous les professionnels de santé libéraux.

Arrêts de travail et télémédecine

La mise en place des actes de télémédecine des sages-femmes fait également partie des mesures mises en place et que cela soit couvert par l’assurance maladie. Les sages-femmes libérales pourront réaliser des actes de téléconsultation dans certains cas comme la parentalité ou encore la préparation à la naissance. 

Pour que cela soit possible, les échanges se feront via des plateformes sécurisées, offrant aux sages-femmes un accès gratuit.

La mise en place d’une politique de santé n’est pas dans les attributions du Conseil de l’Ordre des sages-femmes, mais il peut servir de relais elles et le pouvoir public. Avec cette pandémie, toutes les instances de la profession œuvrent pour apporter les réponses à tous les questionnements qui surviennent chez les patients et chez les sages-femmes.