fbpx

La téléconsultation pour le suivi de grossesses à Loiret

Avec l’annonce du confinement, de nombreuses questions se sont survenues dans les esprits, surtout chez les femmes enceintes et leur suivi de grossesse. La présidente de l’Union régionale des professionnels de santé (sage-femme, Muriel Cheradame a déclaré que depuis le 19 mars, les patientes seront prises en charge via la téléconsultation. Puisque toutes les sages-femmes libérales sont sollicitées à ne pas fermer leurs cabinets, il est important de minimiser les contacts physiques et les interactions. Pour cela, les sages-femmes ne doivent s’occuper que des consultations essentielles. Les actes comme la rééducation pelviperinéale, la préparation à la naissance ou encore la parentalité peuvent attendre ou reporter.

En ce qui concerne le suivi de grossesse et la préparation à l’accouchement

Selon les explications de la sage-femme Murile Cheradame, les femmes enceintes sont considérées comme des personnes à risques face au virus. Les instances de la profession de la santé ont obtenu une réponse favorable de la part du gouvernement concernant la demande de mettre en place à un système de téléconsultation. Ainsi, les sages-femmes peuvent accompagner les femmes à grossesse sans risques. Pour cela, les sages-femmes ont accès à des plateformes gratuites et sécurisées afin de rester en contact avec ses patientes. Pour les échographies, seules les trois consultations obligatoires nécessitent un acte présentiel. Les sages-femmes peuvent depuis le 31 mars, effectuer des visios de préparation à l’accouchement. Cela apportera du réconfort et l’assurance aux futures ères qui sont déjà très anxieuses face à la pandémie.

Les pères peuvent être présents lors de l’accouchement et soutenir la maman pendant deux heures au centre hospitalier d’Orléans. La mère et l’enfant ne peuvent cependant pas recevoir de visite durant le temps qu’elles passent à l’hôpital qui est de 48 heures au lieu de 72 heures. Elles reçoivent ensuite la visite d’une sage-femme à domicile 24 heures après leur sortie. Le confinement serait pour la mère et son enfant l’occasion de recevoir l’attention de toute sa famille.

Les sages-femmes : de vraies accompagnatrices pour les futures mères

Avec la pandémie, le stress et l’anxiété gagnent les futures mères. Elles ont besoin de réconfort et d’écoute, mais surtout de soutien durant les phases de préparation, pendant l’accouchement, après la naissance et le retour à la maison. L’essence du  métier de sage-femme est l’accompagnement. Ce sont des personnes réactives et agiles, qui ont le sens de l’organisation. Tous les professionnels de santé [sages-femmes, hospitaliers, médecins et pédiatres] se sont accordés à définir l’essentiel, selon les explications de la sage-femme Muriel Cheradame. Elle espère que cette collaboration très fructueuse entre professionnels se poursuit.