Quelques conseils pour démarrer en tant que sage-femme libérale

Vous venez de terminer vos études et vous voulez exercer immédiatement. Vous pourrez scruter les offres d’emploi proposées sur le marché de travail et candidater, mais cela pourra prendre du temps avant de décrocher un poste, car la concurrence est rude. Ou vous pourrez vous lancer à votre compte et devenir une sage-femme libérale. Si vous êtes tentée par cette seconde option, il est évident que vous aurez besoin de quelques conseils pour vous lancer.

Les formalités d’installation en tant que sage-femme libérale

Si vous voulez exercer en tant que sage-femme libérale, vous devez être inscrite au tableau de l’ordre du conseil de l’Ordre du département de votre zone d’activité. Vous devez également vous faire enregistrer auprès de l’Assurance Maladie en tant que sage-femme libérale, ensuite prendre contact avec la CPAM qui se poursuivra ensuite par l’inscription à l’URSAFF. Vous aurez également besoin d’adhérer à la CARCDSF (Caisse autonome de retraite des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes françaises). Cette une obligation pour toutes les sages-femmes qui souhaitent se lancer en libérale. Vous devez également avoir une assurance responsabilité civile professionnelle.

Choisir un bon local pour en faire votre cabinet

Vous devez choisir un local adapté pour lancer votre activité. Que ce soit en pleine ville ou à la campagne, le local que vous avez trouvé doit correspondre aux exigences du code de déontologie des sages-femmes. Si vous ne voulez pas commettre d’erreur, vous pourrez demander à un professionnel déjà en activité de partager son local avec vous. L’aménagement du local doit permettre aux personnes en situation de handicap de circuler facilement. Le local est accessible (à proximité d’un arrêt de bus, ayant des places de parking, etc.). Même s’il n’y a aucune règle qui régit la situation et la dimension de votre cabinet, cependant il doit être composé de salle d’attente, de salle de consultation, d’un point d’eau et de toilettes adaptées.

Choisir les bons matériels

Une fois que vous avez trouvé votre local, vous devez vous équiper de matériel professionnel, qui répond aux normes d’hygiène et de sécurité mises en vigueur. Pour cela, vous devez définir vos domaines d’intervention (suivies de femmes enceintes, préparation à l’accouchement, accouchement, etc.). Vous devez être apte à répondre à tous les besoins de chaque femme. Vous devez avoir une table d’accouchement, de matériels de monitoring, de cardiotocographe, de Doplerfoetal et d’appareil pour faire de l’échographie. Vous devez également avoir à votre disposition du matériel à oxygène, des pinces, des ciseaux, de matériaux de suture, etc.